Qui dit nouvelle connexion internet dit nouveaux articles. Et depuis vendredi dernier, j'ai effectivement une nouvelle connexion (l'ancienne a grillé il y a quelques temps déjà...). Pas une, ni deux, me voilà de nouveau en train de lire les aventures d'Aurélie au Brésil, les bourdes d'Audé en Roumanie, les joies de faire passer des examens (et non plus de les passer) de Vriginie en Lettonie, les matins sportifs d'Anna en Pologne, l'installation de Flo en Australie.... Et de nouveau j'ai l'impression d'être au monde et d'y participer au sein d'un petit réseau de blogs sur lesquels on croise bien plus que leurs auteurs. Voilà en ce qui concerne les retrouvailles.

Pour le reste, Montréal traverse l'hiver aussi facilement qu'un couteau dans du beurre. La vie sociale n'est plus sur les terrasses mais à l'intérieur des cafés. Des festivités (fête de la neige, fête des lumières, concert techno) sont organisées régulièrement par la ville et les quartiers comme pour dire que l'hiver n'est pas la saison morte. Et effectivement, c'est pas l'impression que ça donne.
Est-ce qu'on souffre vraiment du froid ? Bien peu, en fait. D'abord parce que le réchauffement climatique étant une réalité, les températures varient de plus en plus fort et dans des intervalles de plus en plus courts, ce qui n'est pas sans conséquence sur les infrastructures (notamment les routes, en proie aux nids de poule). Ensuite et surtout parce que l'équipement est prévu exprès pour : gigantesque ville souterraine, déneigement, vêtements chauds, métro, etc.
Seul petit désagrément de la belle ville : la sluch (?), soit la neige fondue qui règne entre deux tempêtes. Elle a l'inconvénient de niveler les reliefs du parcours piéton, de sorte que vous mettez facilement le pied dans une flaque que vous preniez pour de l'asphalte...
Récemment, j'ai découvert les joies du patin à glace au parc Lafontaine. Il suffit d'avoir ou de louer des patins et de se lancer... le tout gratuitement avec de la musique classique en arrière fond, un éclairage pour quand vient la nuit et un grand poële où vous réchauffer entre deux tours ! Juste à côté, il y a une brasserie réputée pour la poutine, où on peut faire un tour pour finir en beauté, avec le contentement d'une raclette après une journée de ski.
Voilà un petit aperçu de Montréal en hiver. Ca me permet de planter le décor avant de passer à des articles plus anecdotiques les fois suivantes.